L’école a minima

Publié le par fcpe89

 Le maintien de l’article 2 dans le projet de loi instituant un droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires publiques pendant le temps scolaire obligatoire constitue un casus belli pour la FCPE.

 

Cet article instaure un droit d’accueil en réponse à l’obligation scolaire pour les familles.

 

Il remet en cause le remplacement systématique des enseignants absents par des enseignants. Dans le primaire, la situation, jusqu’ici assez préservée deviendrait pire que dans les collèges et les lycées. Il est bien rare, en effet, qu’un enseignant du primaire  absent 15 jours ne soit pas remplacé.

 

La FCPE n’acceptera pas que l’école se transforme en garderie !

 

Une telle loi ne ferait qu’acter la régression du service public d’éducation, régression déjà en marche avec les réductions de postes et les deux heures d’enseignement volées aux élèves.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article