La grogne enfle dans les lycées et dans la rue.

Publié le par fcpe89

Quand Xavier Darcos se décidera-t-il

à écouter les citoyens ?

 

 

La tension et le ton montent dans les lycées et dans la rue.

La FCPE appelle à la responsabilisation du ministre qui doit à tout prix ouvrir le dialogue et la concertation qui, quoiqu’il en dise, n’ont jamais eu lieu.

La FCPE demande une véritable réforme des lycées et ce, pour la rentrée scolaire 2010.

 

La FCPE se félicite de la mobilisation des parents, des lycéens et des enseignants lors de la journée d’action du 10 décembre.

De nombreuses initiatives ont eu lieu : rassemblement, manifestations, nuit des écoles, sapins de Noël et lettres au Père Noël, vente aux enchères de l’Education nationale.

 

La colère des citoyens est due à l’irresponsabilité du ministre de l’Education nationale qui fait preuve de mépris et de cynisme à l’égard de tous les membres de la communauté éducative.

Lors du CSE, le ministère annonce, en effet, que le flou qui entoure la réforme des lycées est dû au temps passé en concertation qui ralentirait les décisions ministérielles :

De qui se moque-t-on ?

Est-il normal que les lycéens et les collégiens de troisième ne sachent encore rien sur les conditions de leur rentrée scolaire 2009 qui aura lieu dans neuf mois ?

 

La FCPE appelle les parents d’élèves à continuer la mobilisation avec les lycéens, afin d’obtenir le report de la réforme des lycées.

La FCPE appelle à la vigilance et à se rapprocher des jeunes pour assurer la sécurité des manifestations qu’ils organisent : nuit des lycées, rassemblements. 

La FCPE rappelle aux lycéens la nécessité de tenir des assemblées générales dans les établissements afin d’informer leurs camarades sur les raisons de leur mobilisation.

La FCPE tient à préciser aux chefs d’établissements que les parents d’élèves ne peuvent accepter que les élèves internes ne soient pas autorisés à rentrer dans leur internat en fin de journée après avoir manifesté.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article